Quand l’erreur n’est plus une fraude fiscale !04/12/2017  



En matière fiscale, les erreurs sont fréquentes. Elles devraient devenir quasi  indolores pour le contribuables, grâce à l'adoption d'un droit à l'erreur. Il vise les erreurs commises de bonne foi dans les déclarations, les retards ou omissions n’entrant pas dans son champ d’application. Ainsi, en cas de déclaration erronée ou incomplète, soit le contribuable pourra rectifier spontanément son erreur et il n'encourrait que l'intérêt de retard éventuellement dû réduit de moitié, son taux devrait tomber à 0,20 % par mois dans le cadre du second projet de loi de finances rectificative pour 2017, soit l'administration détecte l'erreur lors d'un contrôle sur pièces et l'intérêt de retard éventuellement dû serait réduit de 30% dès lors que le contribuable formule une demande de régularisation dans les 30 jours suivants ce contrôle, soit l'administration démontre la mauvaise foi et les intérêts de retard s'appliqueraient sans aucune réduction.


 Autres articles sur le même sujet :
Fraude fiscale, fin du guichet pour les repentis

Le ministre de l'action et des comptes publics a annoncé la fermeture, au 31 décembre, du service qui permet aux contribuables détenteurs d'avoirs à l'étranger non déclarés de régulariser leur situation.

Fraude fiscale : Reprise des échanges avec la Suisse

L'échange de renseignements fiscaux entre la France et la Suisse va reprendre, a fait savoir le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, dans un communiqué.

Les indépendants dispensés de logiciel anti-fraude

Face à l'inquiétude des petites entreprises sur leur obligation de s'équiper d’un logiciel antifraude à compter du 1er janvier 2018, le ministre de l'action et des comptes publics promet des assouplissements.

Pas de taxation du livret A

Les ministères de l'Economie et des Comptes publics ont démenti tout projet de taxation du livret A.

Défiscalisation outre-mer : le Conseil d’Etat jette un froid sur les panneaux solaires

Le Conseil d’Etat vient de doucher les espoirs des contribuables qui ont investi dans des panneaux solaires.

Vers la fin de l'application des taux historiques de CGS pour les placements

La loi de finance prévoit une hausse de la CSG à compter du 1er janvier 2018 et la fin progressive de l'application des "taux historiques" sur les produits des PEA, la participation, les PEE et autres produits de placement.