Tous les comptes à l’étranger doivent être déclarés29/10/2018  



La loi relative à la lutte contre la fraude qui vient d’être votée renforce les moyens de contrôle de l'administration, notamment sur les opérations avec l'étranger, et ducit les sanctions applicables. En matière fiscale, l’obligation de déclaration des comptes à l’étranger est étendue aux comptes détenus à l’étranger même s’ils sont inactifs, c’est-à-dire à ceux sur lesquels aucun mouvement - au débit ou au crédit - n’a été enregistré au cours de la période visée par la déclaration. Les récalcitrants encourent une amende de 1 500 € par compte non déclaré. Le montant de cette pénalité peut atteindre 10 000 € si le compte est détenu dans un État ou territoire qui n’a pas conclu avec la France une convention d’assistance administrative ou 20 000 € en cas de trusts. Une majoration de 80 % de tous les rappels d’impôt liés aux sommes ou produits inscrits sur le compte bancaire non déclaré est également prévue. Si l’administration fiscale détecte un comportement frauduleux, elle peut aussi engager des poursuites pénales pour le délit de fraude fiscale aggravée. Dans ce cas, le contribuable encourt une peine pouvant aller jusqu’à 7 ans de prison et 3 000 000 € d’amende.
 

Par ailleurs, l’allongement à 10 ans du délai de reprise en cas de non-respect de cette obligation s’appliquera désormais si le total des soldes créditeurs de ces comptes étrangers a atteint ou dépassé 50 000 € à un moment quelconque de l’année, alors qu’il fallait jusqu’à présent que ce seuil soit seulement atteint ou dépassé au 31 décembre. Par ailleurs, l’administration fiscale perd son monopole concernant l’engagement de poursuites pénales, elle est désormais tenue de dénoncer les fraudes les plus graves au parquet. L’entrée en vigueur de cette obligation, qui sera bientôt fixée par décret, est prévue avant la fin d’année 2018.


 Autres articles sur le même sujet :
Comment l’État fait main basse sur les comptes des Français ?

Jusqu’en 2016, les comptes bancaires inactifs (livret A, assurance-vie, etc.) non réclamés restaient au chaud dans les banques qui se gardaient bien de faire la moindre recherche d’ayant droit. Malheureusement pour elles, la Loi Eckert est venue changer la donne. C’est désormais l’État qui va faire main basse sur ce pactole.

Comptes en déshérence, l'Etat peut mieux faire !

Promulguée en juin 2014, la loi Eckert, relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d’assurance-vie en déshérence, oblige les banques à transférer les comptes inactifs de leurs clients à la Caisse des dépôts. La Cour des comptes vient de faire un premier bilan du système. Peut mieux faire !

Micro-entrepreneurs, plus besoin de comptes séparés

La loi Pacte a supprimé l’obligation d’utiliser un compte bancaire séparé pour les micro-entrepreneurs dont le chiffre d’affaires est inférieur à 10 000 € par an.

Épargne : Les nouveaux entrants pèsent déjà 4 % du marché

En moins d'une dizaine d'années seulement, les courtiers, les banques en ligne et les fintech ont conquis une part non négligeable du colossal marché de l’épargne.

Le chômage pour les démissionnaires et les indépendants

C’était une promesse du candidat Macron. C’est fait ! Le droit à l'assurance chômage est désormais ouvert aux salariés démissionnaires sous condition. De même une allocation forfaitaire va être accordée aux indépendants en cas de liquidation judiciaire.

PEA : Les règles de transmission après un décés

Un PEA doit être clos au décès du titulaire mais sa clôture ne vaut pas ordre de liquidation.