La défiscalisation au cœur du projet de reconstruction de Notre-Dame21/04/2019  



"Les 600 millions de dons annoncés vont se traduire par plusieurs centaines de millions d’euros de réductions d’impôts à prélever sur les contribuables lambda", s'alarme Joël Giraud, député des Hautes-Alpes. Car, ces dons sont déductibles d'impôts. Les entreprises peuvent, en effet, défiscaliser 60 % de leurs dépenses en mécénat dans une limite de 0,5 % de leur chiffre d’affaires. Les particuliers bénéficient, eux, actuellement d’une réduction d’impôt égale à 66 % du montant du don, dans la limite de 20 % de leur revenu imposable.
Le même Joël Giraud demande donc de "contrecarrer les volontés émises de voir cette réduction d'impôts portée à 90 % pour Notre-Dame de Paris. C’est l’ancien ministre de la Culture et auteur de la loi sur le mécénat de 2003, Jean-Jacques Aillagon qui le premier a suggéré, que « l’État vote rapidement une loi pour faire de Notre-Dame de Paris un trésor national, afin que les dons versés pour sa reconstruction bénéficient d’une réduction d’impôt de 90 % » plafonnée à 50 % du montant de l’impôt dû par l’entreprise.
Cette « formule exceptionnelle » permettrait une défiscalisation des dons versés pour la reconstruction de la cathédrale à hauteur de 90 %, plafonnée à 50 % du montant de l’impôt dû par l’entreprise.
Les trésors nationaux ne concernent que des biens culturels – et non pas immobiliers – ayant fait l’objet d’un refus d‘exportation ou encore présentant un intérêt majeur pour le patrimoine national au point de vue de l’histoire, de l’art ou de l’archéologie.
Cette niche fiscale sur le mécénat d’entreprise est régulièrement décriée, notamment dans un rapport récent publié à l’automne par la Cour des comptes. Elle avait appelé à « mieux encadrer » le mécénat d’entreprise, multiplié par dix en quinze ans.
Alors que le Président devait annoncer lundi soir, un coup de rabot sur les niches fiscales, la situation est donc des plus cocasse. Mercredi, à l'issue du conseil des ministres consacré pleinement au plan de reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, Édouard Philippe a détaillé un projet de loi prévoyant de donner un cadre légal à la souscription nationale annoncée par Emmanuel Macron. Sur le plan fiscal, les dons des particuliers bénéficieront d'une réduction majorée d'impôt sur le revenu, au taux de 75 % jusqu'à 1 000 €. Au-delà de ce montant, le taux de droit commun actuel de 66 % sera appliqué. Précisons que la réduction d'impôt est plafonnée à 20 % du revenu imposable du donateur.


 Autres articles sur le même sujet :
Malus plus cher au mois de mars

Les voitures émettant plus de 212 grammes de CO2 au kilomètre vont coûter beaucoup plus cher à partir du 1er mars.

Connaissez-vous les conditions pour bénéficier du statut avantageux de loueur en meublé professionnel ?

Pour être loueur en meublé professionnel, deux conditions sont exigées : les recettes annuelles doivent dépasser 23 000 euros et représenter une part importante des revenus du foyer fiscal. Et c’est tout !

Prélèvement à la source : Tout ce qui change pour le dispositif Pinel ?

L'entrée en vigueur du prélèvement à la source le 1er janvier 2019 va modifier la façon dont les investisseurs en Pinel vont récupérer leur avantage fiscal, mais à leur profit.

Monuments historiques : l'administration fiscale précise les règles du plafonnement d'IFI


L’administration fiscale a apporté des précisions sur la détermination des revenus à prendre en considération par les propriétaires d’immeubles classés monuments historiques pour le plafonnement de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Coup de rabot sur les niches fiscales : l’investissement Outre-mer est-il concerné ?

Emmanuel Macron a annoncé jeudi dernier la suppression de certaines niches fiscales pour les entreprises. Les investissements Outre-mer sont-ils menacés ? Réponses de Jérôme Devaud, directeur général délégué d’Inter Invest.

Taxe foncière, pourquoi elle ne flambe pas partout

Les tarifs de la taxe foncière vont du simple au triple, comme le souligne une étude de la Direction générale des collectivités locales. Quelles sont les causes de ce grand écart ?