Le montant des dons au plus bas21/04/2019  



Selon les Apprentis d’Auteuil, les dons des particulier sont en baisse de 19 % sur sa collecte auprès du grand public l’an dernier.
En 2018, le montant moyen des dons d’argent à des organismes caritatifs s’établit à 1 973 €, soit 500 € de moins qu’en 2017. « Ce chiffre, qui passe pour la première fois sous la barre des 2 000 €, est le plus bas depuis la création de ce baromètre en 2014 », déplore la fondation. La majorité des sommes économisées a été consacrée à des dépenses de consommation ou à l’épargne classique. En revanche, la fréquence des dons reste stable, puisqu’en 2018, le nombre des dons se situe entre 4 et 5 dons.
Si les intentions de dons en 2019 demeurent stables par rapport à 2018, les assujettis à l’IFI prévoient de donner 1 944 € en moyenne en 2019, soit 29 € de moins qu’en 2018.
Afin d’encourager les contribuables à faire des dons, les Apprentis d’Auteuil aspirent à l’instauration de nouveaux dispositifs fiscaux incitatifs qu’ils estiment essentiels pour encourager la générosité.


 Autres articles sur le même sujet :
L’ISF progresse

12 000 contribuables supplémentaires ont été assujettis à l'ISF mais les recettes ont peu augmenté.

Les riches sont-ils généreux ?

En 2016, 50 000 contribuables sur un total d'environ 350 000 foyers assujettis à l'impôt de solidarité sur la fortune ont effectué un don pour diminuer leur contribution.

Comment fonctionnent les dons pour réduire l'impôt sur la fortune immobilière ?

La réduction pour dons, transposée de l'ISF à l'IFI, permet aux redevables de déduire du montant de leur IFI 75% de leurs versements à des organismes d'intérêt général, dans la limite de 50 000 €.

Assurance-vie : quel rendement pour 2016 ?

Les experts tablent sur un rendement moyen de l’assurance-vie en 2016, sous la barre des 2 %.

Permis à taxe

Dans certaines régions, une taxe régionale est réclamée pour obtenir le permis de conduire. Son montant varie selon la région où la démarche est effectuée.

Auto-entrepreneur : Un sur cinq survit

Cinq ans après leur immatriculation, seuls 23 % des auto-entrepreneurs déclarés au premier semestre 2010 sont encore actifs sous ce régime.