Loger n’est pas employer !26/08/2019  



Un couple, qui avait signé un contrat prévoyant la fourniture gratuite d'un logement en échange de menus travaux d'entretien et de gardiennage de propriété, a été débouté lorsqu'il a demandé à être reconnu comme salarié.

Les travaux demandés, d'un total d'environ 70 heures par mois, étaient seulement la contrepartie d'un logement, ont expliqué les juges. Le couple était d'autant moins salarié que chacun exerçait ailleurs une profession, qu'aucune directive particulière n'était donnée, aucun compte demandé et que le nombre d'heures n'était pas contrôlé.

Donner un logement gratuit en échange de services comme le gardiennage d'une propriété, ce n'est pas conclure un contrat de travail. Pour qu'il y ait une relation salarié-employeur, il faut que celui qui l'invoque la prouve en décrivant des conditions de travail correspondant à un contrat de travail, rappelle la Cour de cassation, c'est-à-dire qu'il prouve qu'un travail lui a été réclamé, payé et contrôlé.

L'existence d'un contrat de travail ne dépend pas des termes de la convention signée mais des conditions dans lesquelles s'exerce l'activité, rappellent les juges.

Les gardiens de la propriété sont donc titulaires, non pas d'un contrat de travail mais d'un "contrat d'entreprise". Ils se sont engagés à accomplir, en dehors de tout lien de subordination et moyennant la mise à disposition d'un logement, une prestation de services liés à l'entretien, principalement des espaces verts. Ils ne peuvent donc pas réclamer des rappels de salaires, de congés payés et des dommages-intérêts pour travail dissimulé.


 Autres articles sur le même sujet :
Copropriété : trouble de voisinage, qui est responsable ?

C'est le propriétaire actuel d'un bien immobilier qui est responsable des troubles de voisinage pouvant être occasionnés par des travaux effectués par le précédent propriétaire, rappelle la Cour de cassation.

Quand Airbnb bloque les loueurs saisonniers du centre de Paris

Les Parisiens qui ne sont pas autorisés à louer leur logement plus de 120 nuitées par an seront automatiquement bloqués par la plateforme.

Les APL baissent de 5 euros par mois

Les aides personnalisées au logement (APL), qui bénéficient à 13 millions de personnes, dont 800 000 étudiants, baissent de cinq euros par mois, à compter du 1er octobre.

La garde des enfants peut être partagée, mais pas la prestation la finançant

Même en cas de résidence alternée des enfants, la prestation versée au titre du complément de libre choix du mode de garde des enfants ne peut pas être partagée entre les deux parents, rappelle la Cour de cassation.

Quand prêter c'est donner !

Un prêt sans intérêt consenti par une personne très âgée est un don, selon la Cour de Cassation.

Logement locatif : Attention à ne pas devenir un « Pro »

L'acquisition de plusieurs logements locatifs fait perdre la qualité de "consommateur" dans les relations avec la banque, d'après la Cour de cassation.