Immobilier, records battus en Ile-de-France10/09/2019  



Le marché des logements en Ile-de-France est très dynamique en Grande couronne et les prix sont encore en hausse au 2eme trimestre, selon les notaires.

10 % de hausse ! Le nombre de ventes de logements anciens a progressé de 10% pour l’ensemble de la région Ile-de-France au cours du 2ème trimestre 2019 par apport à la même période en 2018, ont indiqué les notaires du Grand Paris lors d’une conférence de presse sur la conjoncture du marché immobilier.

C’est dans la Grande Couronne de Paris que l’augmentation des ventes a été la plus élevée  : +15% par rapport à 2018. Dans la capitale, elles n’ont augmenté que de 3% par rapport au 2ème trimestre 2018. Les prix des appartements parisiens ont, eux, atteint des niveaux record à 9890 euros le mètre carré en moyenne (+6,3% sur un an) à fin juin 2019.  Le prix moyen dépasse même 12000 €/m2 dans cinq arrondissements, toutefois, il reste inférieur à 9000 €/m2 dans trois arrondissements: 13ème, 19ème et 20ème. Ce prix moyen dans la capitale a franchi la barre symbolique des 10000 €/m2 au cours du mois d’août, selon les indicateurs avancés fondés sur les avant-contrats (compromis).

En revanche, les prix sont plus sages en banlieue : ils n’ont augmenté qu’entre 1 et 2% sur un an selon les départements de Grande couronne (à 3000 €/m2, en moyenne, pour les appartements et 284400 € en moyenne pour les maisons anciennes), tandis qu’en Petite couronne,  les hausses de prix se poursuivent à un rythme annuel d’environ 4 à 5% pour les appartements et proches de 3% pour les maisons (à 4790 €/m2, en moyenne, pour les appartements et 376400 € en moyenne pour les maisons anciennes). Jamais devenir propriétaire à Paris n'a donc coûté aussi cher. Avec une telle hausse des prix, Paris fait partie des quelques villes où le pouvoir d'achat immobilier se dégrade malgré la baisse historique des taux d'intérêt.

Le courtier Vousfinancer estime ainsi qu'un célibataire doit aujourd'hui gagner au moins 7.300 euros par mois pour acheter un 50 m² et pour un couple avec enfant(s) souhaitant s’offrir 75 m2, on est désormais au-dessus de 11.000 euros par mois. Il y a 10 ans, rappelle le courtier, il ne fallait "que" 5.600 euros pour un 50 m² et 8.400 euros pour un 75 m². Pour devenir propriétaire d'une surface équivalente, il faut donc gagner beaucoup plus aujourd'hui qu'il y a 10 ans. Ou alors accepter de vivre dans un appartement bien plus petit. Vousfinancer a donc regardé la surface achetable pour une même mensualité de crédit de 1.000 euros. On perd ainsi un peu plus de 6 m² en l'espace de dix ans.


 Autres articles sur le même sujet :
Immobilier : les prix baissent, faut-il s’inquiéter ?

Selon le dernier baromètre LPI-SeLoger, les prix des logements anciens en France ont reculé en moyenne de 1% entre juillet et septembre.

La hausse de l'immobilier continue

Les prix des logements anciens et le volume de transactions continuent d'augmenter au deuxième trimestre 2017.

Immobilier : Les acheteurs veulent négocier les prix !

La part d'acheteurs potentiels se disant prêts à négocier le prix fixé par le vendeur est en hausse

Coupures de gaz à tous les étages

Face à la hausse des prix de l'énergie, la moitié des Français a réduit sa consommation d'électricité et de gaz.

15% d’écart entre un rez-de-chaussée et un dernier étage !

MeilleursAgents.com, spécialiste des prix immobiliers sur internet, a étudié les différences de prix des appartements en fonction de leur étage et selon la présence ou non d’un ascenseur.

Lancement de l’indice d’attractivité immobilière des villes du Grand Paris

La Fnaim du Grand Paris a passé au crible 278 villes d’Ile-de-France en leur attribuant des notes déterminant leur attractivité immobilière.