Copropriété : Dans quels cas êtes-vous dispensé de répartition de chauffage ?01/10/2019  



Dans un immeuble collectif, les frais de chauffage doivent être répartis, comme le précise un arrêté du 6 septembre 2019 qui prévoit que cette réglementation concerne désormais « la détermination individuelle de la quantité de chaleur et de froid et la répartition des frais de chauffage et de refroidissement dans les immeubles collectifs à usage d’habitation ou à usage professionnel et d’habitation ».

L’arrêté précise également les cas pour lesquels les immeubles concernés en copropriété peuvent être dispensés de ces nouvelles obligations d’individualisation des frais de chauffage notamment. Il s’agit notamment des immeubles pour lesquels il est « techniquement impossible » d’installer des compteurs individuels de la quantité de chaleur consommée par chaque local. C’est le cas si la distribution du chauffage n’est pas assurée par une boucle indépendante pour chacun des lots, si l’émission de chauffage se fait par dalle chauffante sans mesure possible par local ou si l’installation fonctionne avec des émetteurs de chaleurs montés en série, des systèmes de chauffage à air chaud non réversibles, des émetteurs fonctionnant à la vapeur.

C’est le cas aussi pour les immeubles pour lesquels « il est techniquement impossible d’installer des répartiteurs de frais de chauffage permettant de déterminer la quantité de chaleur consommée par chaque local ». La réglementation prévoit un dernier cas de dispense d’installation de compteurs individuels ou de répartiteurs de frais de chauffage : en cas de « coût excessif ou de rentabilité pour le copropriétaire. Le gain apporté par l’individualisation des frais de chauffage devant être de 15 %. L’arrêté précise aussi le cadre d’utilisation de méthodes alternatives aux compteurs et répartiteurs de frais de chauffage.


 Autres articles sur le même sujet :
Comment vendre un bien près d'un aéroport ?

Les propriétaires de logements situés dans des zones aéroportuaires doivent pouvoir vendre leur bien sans subir de préjudice financier.

Déclaration des meublés touristiques

Depuis le 1er décembre 2017, louer un meublé de tourisme à Paris doit être déclaré.

Immobilier : les prix baissent, faut-il s’inquiéter ?

Selon le dernier baromètre LPI-SeLoger, les prix des logements anciens en France ont reculé en moyenne de 1% entre juillet et septembre.

Quand Airbnb bloque les loueurs saisonniers du centre de Paris

Les Parisiens qui ne sont pas autorisés à louer leur logement plus de 120 nuitées par an seront automatiquement bloqués par la plateforme.

Les APL baissent de 5 euros par mois

Les aides personnalisées au logement (APL), qui bénéficient à 13 millions de personnes, dont 800 000 étudiants, baissent de cinq euros par mois, à compter du 1er octobre.

Un bonus-malus énergétique pour les immeubles

Le ministre de la Transition énergétique envisage notamment de créer un bonus-malus en fonction de la qualité de l'isolation et du chauffage.