Le droit de partage de communauté en cas de divorce pourrait être abaissé 15/10/2019  



Lors d'une procédure de divorce, le droit de partage est dû suite au partage des biens communs ou indivis des époux.

Le droit de partage, aussi appelé "droit d'enregistrement", est un impôt. Durant la procédure de divorce, les époux doivent effectuer l'attribution à l'un ou l'autre époux des biens communs ou indivis acquis pendant le mariage. Ils doivent liquider la communauté ou l'indivision. Suite à cette répartition, le service fiscal perçoit un droit de partage.

Comment est calculé le droit de partage ?

Le droit de partage est calculé en fonction de la valeur du patrimoine partagé entre les époux. Pour cela, il convient de prendre l'actif net partagé, c'est à dire la valeur globale de tous les biens meubles et immobiliers partagés situés en France ou à l'étranger et le montant des récompenses dues par les époux à la communauté. Il faut retrancher à cet actif les dettes de la communauté qui représente le passif. De ce passif sont exclues les dettes propres de chacun des époux et les récompenses dues par la communauté à l'un des époux.

Le montant du droit de partage, actuellement de 2,5 %, est alors calculé sur la somme obtenue suite à cette opération.

En cas d'existence de bien immobilier, le Service de la publicité foncière (anciennement Conservation des hypothèques) perçoit la contribution de sécurité immobilière lors de la publication de l'acte, soit la somme de 0,10 % de la valeur du bien. Des frais de procédure peuvent également s'ajouter (frais d'huissier, frais de greffe, etc.).

Une division par deux des frais de partage

Un amendement au projet de loi de finances pour 2020, actuellement examiné par la commission des finances de l'Assemblée nationale, propose de ramener de 2,5 % à 1,1 % le taux du droit de partage qui s’applique lors d'un changement de régime matrimonial, d'une séparation de corps, d'un divorce ou d'une rupture d’un pacte civil de solidarité. Adopté en commission, l'amendement devra être confirmé lors de l'examen du projet de loi en séance publique.


 Autres articles sur le même sujet :
Déficit foncier : Rien n'est perdu en cas d'arrêt de location

Lors de la réalisation de travaux dans un bien loué, les dépenses peuvent être déduites. Mais à condition de louer le bien pendant trois ans à la suite des travaux.

La garde des enfants peut être partagée, mais pas la prestation la finançant

Même en cas de résidence alternée des enfants, la prestation versée au titre du complément de libre choix du mode de garde des enfants ne peut pas être partagée entre les deux parents, rappelle la Cour de cassation.

Augmentation de la prime d’activité

L’augmentation de la prime d'activité ainsi que de l'Allocation adulte handicapé, promises par le candidat Macron, devraient intervenir à partir de l'année prochaine.

Incidences de la résidence alternée sur les aides sociales

Dans deux décisions du même jour, le Conseil d’Etat s’est prononcé sur les incidences de la résidence alternée pour le calcul de l’APL (aide personnalisée au logement) et du RSA (revenu de solidarité active).

Pas d’aide au logement pour les enfants de riches

Les enfants dont les parents paient l'Impôt sur la fortune immobilière (IFI) ne bénéficieront toujours pas des APL versées par la CAF.

Exonération d’impôts pour les retraités

Le Gouvernement fait un geste à l'attention des retraités modestes qui ne peuvent plus payer leurs impôts locaux.