Pour être augmenté, changez de job !02/12/2019  



Selon une étude de la Dares (Ministère de la Santé), entre 2013 et 2016, 23 % des salariés qui ont changé d’emploi ou de profession ont fortement amélioré leurs conditions de travail, contre 13 % des salariés stables.

Leur bien-être psychologique s’est lui aussi amélioré. Cependant, ceux qui ont changé d’emploi ou de profession sont également un peu plus nombreux (17 % contre 15 % des salariés stables) à voir leurs conditions de travail se dégrader. Quitter l’industrie ou la construction réduit l’exposition des salariés à des contraintes physiques, tandis que ne plus travailler dans les secteurs des services limite l’insécurité socio-économique. Pour les salariés qui ne changent pas d’emploi, la survenue d’un changement organisationnel est associée à un fort risque de dégradation des conditions de travail et de la santé entre 2013 et 2016. Ce risque est bien moindre lorsque les salariés ont été bien informés et qu’ils ont pu participer aux décisions concernant le changement.


 Autres articles sur le même sujet :
Les petites entreprises, moteur de l’emploi en France

Les entreprises de 1 à 9 salariés regroupent 19 % de l’emploi salarié du secteur privé, soit 3,3 millions de salariés au 31 décembre 2018.

Cadeaux de fin d’année : Quelle fiscalité pour les bons d'achat aux salariés ?

Votre entreprise peut être exonérée du paiement des cotisations et contributions de sécurité sociale sur ces avantages offerts à vos salariés. Sous quelles conditions ? Réponses.

La situation financière des ménages s'améliore

En juillet, le solde d'opinion des ménages sur leur situation personnelle future s'améliore légèrement tandis que celui sur leur situation personnelle passée est stable.

Les femmes cadres ont moins d’enfants que les employées

En France, en 2016, la fécondité des femmes va de 1,64 enfant par femme pour les cadres à 1,91 pour les employées. Les femmes qui n’ont jamais travaillé ont de loin la plus forte fécondité (2,57).

Malus Agirc-Arrco : quèsaco ?

Les salariés nés après 1956 pourront voir leur pension complémentaire de retraite être minorée de 10 % durant les trois premières années. Pour éviter cette diminution des ressources, l’employé sera invité à travailler une année supplémentaire. Ce n’est qu’à cette condition qu’il percevra sa complémentaire dans son entité.

Le chômage pour les démissionnaires et les indépendants

C’était une promesse du candidat Macron. C’est fait ! Le droit à l'assurance chômage est désormais ouvert aux salariés démissionnaires sous condition. De même une allocation forfaitaire va être accordée aux indépendants en cas de liquidation judiciaire.