Moins de frais bancaires pour les clientèles fragiles28/07/2020  



Le gouvernement renforce le dispositif de plafonnement des frais en cas d'incidents bancaires pour les clients les plus fragiles.

Un décret, paru au Journal officiel, améliore les critères de détection des clients des banques en situation de fragilité financière. L’appréciation de l'existence d'irrégularités de fonctionnement du compte ou d'incidents de paiement répétés pendant trois mois consécutifs sera ainsi complétée par l'accumulation de cinq irrégularités ou incidents au cours d'un même mois et, dans ce deuxième cas, l'appréciation de la fragilité financière sera maintenue pour une durée minimale de trois mois.

Seront également considérés en situation de fragilité financière, outre les débiteurs faisant l'objet d'une procédure de surendettement, ceux qui bénéficient de mesures de traitement de leur situation de surendettement pendant toute la durée d'inscription au fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP). Rappelons que les personnes déclarées en situation de fragilité financière bénéficient d’un plafonnement spécifique des frais pour traitement des incidents de paiement sur le compte bancaire.


 Autres articles sur le même sujet :
Banque : plafonnement des frais pour incident de paiement

À la demande de Bercy, les banques françaises se sont engagées à plafonner les frais pour incidents de paiement facturés aux personnes fragiles.

Agios : des frais plafonnés pour tous ?

Les banques projettent de restreindre les agios pour les clients les plus fragiles. Mais cela n'est pas suffisant pour les associations et syndicat qui souhaitent que ce bénéfice profite à tous les clients bancaires.

Des frais d'incidents bancaires plafonnés

Au 1er juillet, les frais d'incidents bancaires (dépassement de découvert, rejet de prélèvement...) vont être plafonnés à 20 euros par mois et 200 euros par an pour les personnes "en fragilité financière" ayant souscrit à une "offre spécifique".

Mobilité bancaire : le premier bilan

Dans sa réunion du 27 février 2017, le CCSF avait décidé de lancer un bilan, 1 an après la mise en place du dispositif de mobilité bancaire. Réalisé auprès de 2144 personnes par OpinionWay, ce sondage montre le succès du dispositif.

Carte bancaire ou chèque ? Les outils de paiement préférés des escrocs

Le nombre de cas d’escroqueries a progressé de 8 % l’an dernier pour dépasser les 5 millions d’euros. 50 % des fraudes sont liées à l’usage de la carte bancaire contre 40 % pour les chèques.

Etendue du droit au compte ?

Le droit à disposer d'un compte bancaire, encadré par la loi, ne s’applique pas à tous les types de compte bancaire et notamment pas au compte-titres.